vrai ou pas vrai

Bienvenue sur mon blog

Dieu vs les tragédies

Classé dans : amour,Dieu,espoir — 30 juin, 2016 @ 7:33

Comme vous le savez, 2015 a commencé avec une triste tragédie celle des attentats de Charlie Hebdo et a terminé avec les attentats de Paris. La tuerie au parlement d’Ottawa. L’année 2016 a malheureusement continuée sur cette triste lancée. Nous avons qu’a penser aux attentats de Bruxelles, aux tueries aux États-Unis, les attentats en Turquie. Il est normal d’être pessimiste face à l’avenir, se sentir insécure, de se demander si demain sera meilleur, etc.. Bref, d’être en questionnement.

Il y a un pattern qui revient continuellement, J’ai entendu et j’entend des gens exprimés de la colère envers Dieu. Des phrases dans le genre : « si tu existe pourquoi tu n’as rien fait », « tu étais où pendant que cela se passait », « tu es injuste »,  » pourquoi tu laisse faire cela » et j’en passe. Il est normal pour les gens d’essayer de trouver un sens, un but ou tout simplement de décharger leur colère ou leur impuissance après de tels événements triste et tragique. Le but de ce post, n’est pas d’accusé ou d’insinuer que des gens méritaient leur sort. On peut entendre des vidéos ou des écrits d’extrémistes qui affirment le contraire. Malgré ces vidéos ou écrits de mauvais goût, moi j’affirme que personne ne mérite de vivre ou de tomber dans ce genre de tragédie.

Ce texte a pour but d’apporter un sens différent. Je suis conscient que c’est un sujet délicat, que tous ne seront pas d’accord et je réitère que je ne veux viser personne de quelques manière que ce soit et j’en profite du fait même pour donner mes sympathies aux personnes qui ont perdu des proches dans ces tristes événements. D’ailleur ce texte ne vient pas de moi

Question d’un Internaute: «Rien n’est impossible à Dieu, pourquoi Dieu laisse-t-il Satan faire n’importe quoi?»

Dieu, ne voulant pas faire de sa créature un automate, a créé l’homme avec une volonté propre et la liberté de choisir. Mais Adam a choisi de désobéir à Dieu, et ce faisant a placé lui-même et toute sa descendance sous le joug de Satan. C’est pourquoi Jean écrit:

«le monde entier est sous la puissance du malin.» (1Jean 5.19)

Le mauvais choix de l’homme en Éden a donné à Satan un droit légal sur toute l’humanité. Mais Dieu a pourvu à la libération de l’homme par la foi en Jésus-Christ. Sur le chemin de Damas, Jésus se révèle à Saul de Tarse, et lui dit:

«Je t’ai choisi du milieu de ce peuple et du milieu des païens, vers qui je t’envoie, afin que tu leur ouvres les yeux, pour qu’ils passent des ténèbres à la lumière et de la puissance de Satan à Dieu, pour qu’ils reçoivent, par la foi en moi, le pardon des péchés et l’héritage avec les sanctifiés.» (Actes 26.17-18)

Si Dieu laisse Satan accomplir ses mauvais desseins sur la terre, ce n’est certes pas par impuissance, mais, pour un temps, par une stratégie qui lui est propre. Mais il n’en sera pas toujours ainsi, et celui que l’imagination populaire a appelé «le roi de l’enfer» en sera la principale victime:

«… dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges.»(Matthieu 25.41)

Il est malheureusement fréquent que l’homme, qui s’est volontairement détourné de Dieu, l’accuse et le rende responsable de toutes les catastrophes qui affligent l’humanité. Ces maux ne sont pourtant que le résultat de la loi universelle des «semailles et des moissons», que Paul exprime en ces termes:

«Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi. Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption; mais celui qui sème pour l’Esprit moissonnera de l’Esprit la vie éternelle.» (Galates 6.7-8)

référence : http://www.topchretien.com/topmessages/view/8150/pourquoi-dieu-laissetil-satan-faire-nimporte-quoi.html

 

Malgré tout cela, Dieu chercher a sauvé l’homme, à l’aimé, à la consoler, à lui pardonner et le réconcilier avec lui. Dieu ne cherche pas le malheur de l’humanité.

Science, Religion et Miracle -partie 3-

Classé dans : argumentation,C.S Lewis,Dieu,philosphie,science — 31 août, 2013 @ 5:26

voilà la conclusion que M. Lewis va avoir et c’est une conclusion qui est logique, elle peut être rejeté ou accepté mais elle ne peut pas être traité d’illogique à mon sens.

 

«À présent, la conclusion évidente, éclatante s’imposait à mon esprit : dans toute l’histoire de l’univers, les lois de la nature n’ont jamais produit le moindre événement. Elles sont le schéma auquel doit se conformer chaque évènement, à la seule condition que ce dernier ait l’occasion de se produire. Mais que faire pour le déclencher? Comment obtenir l’impulsion initiale? Les lois de la nature ne nous sont là d’aucun secours. Tous les événements leur obéissent, de la manière dont les opérations monétaires obéissent aux règles de l’arithmétique. Additionnez deux pièces de cinquante centimes, et le résultat sera incontestablement un franc. Mais l’arithmétique en soi ne mettra pas un centime dans votre poche.»

 

Science, Religion et Miracle -partie 2-

Classé dans : argumentation,C.S Lewis,Christianisme,Dieu,philosphie,science — 31 août, 2013 @ 5:21

Parce que la science étudie la nature. Et la question est de savoir si oui ou non il existe quelque chose en dehors de la nature – quelque chose d’extérieur à elle. Comment peux-tu trouver la réponse en étudiant simplement la nature?

-Mais n’a-t-on pas trouvé que la nature doit fonctionner de façon absolument fixe? Je veux dire que les lois de la nature nous disent non seulement comment les choses se produisent, mais aussi comment elles doivent se produire. Aucune puissance ne peut les altérer.

-Que veux-tu dire par là? Demandai-je.

-Écoute-moi, dit-il. Est-ce que ce « quelque chose d’extérieur » dont tu parles peut faire que deux et deux font cinq?

-Non.

-Bien, dit-il. Je pense que les lois de la nature sont comme « deux et deux font quatre ». L’idée qu’elles puissent être modifiées est aussi absurde que celle affirmant qu’on peut modifier les lois de l’arithmétique.

-Une seconde, répliquai-je. Suppose que je mette aujourd’hui une première pièce de cinquante centimes un tiroir et demain une deuxième dans le même tiroir. Est-ce que les lois de l’arithmétique me garantissent qu’après-demain j’y retrouverai la somme d’un franc?

-Bien sûr, dit-il. À condition que personne n’ait fouillé dans ton tiroir.

-Là est la question! M’exclamai-je. Les lois de l’arithmétique peuvent me dire ce que j’y trouverai, avec une certitude totale, à condition qu’il n’y ait aucune interférence. Si un voleur a fouillé le tiroir, il est évident que le résultat sera différent. Mais le voleur n’aura pas transgressé les lois de l’arithmétique – uniquement celles du Code civil. Ne penses-tu pas qu’il en va de même pour les lois de la nature? Ne nous disent-elle pas ce qui se produira à condition qu’il n’y ait pas d’interférence?

-Explique-toi.

-Eh bien, ces lois te diront quelle sera la trajectoire d’une balle de billard sur une surface plane si tu la frappes d’une certaine façon – à condition que personne n’y touche. Si, alors qu’elle est déjà en mouvement, quelqu’un saisit une queue et l’envoie dans une autre direction, tu n’obtiendras pas le résultat prédit par le scientifique.

-Cela va de soi. Il ne peut tenir compte de telles espiègleries.

-Très juste! Et de même, s’il existait quelque chose d’extérieur à la nature qui se mettait à provoquer des interférences, les événements attendus par les scientifiques ne se dérouleraient pas comme prévu. Ce serait ce que nous appelons un miracle. En un sens cela n’enfreindrait pas les lois de la nature. Les lois nous disent ce qui va arriver si rien ne s’interpose. Mais elles ne peuvent pas dire s’il y aura interférence.

Science, Religion et Miracle -partie 1-

Classé dans : argumentation,C.S Lewis,Dieu,philosphie,science — 31 août, 2013 @ 5:19

Trois mots qui ne vont pas ensemble et à première vu qu’ils n’ont aucun point en commun. Mais en allant jusqu’a voir au delà de la surface des choses, serait-il possible que c’est trois mots que l’on dit inassosiable pourrait être associable??

en lisant le livre «Dieu au banc des accusés» de C.S Lewis, il est intéressant de voir sa perspective face à la Science, Religion et Miracle

Les miracles! S’exclama mon ami. Allons, voyons! La science a fait sauter le fond de tout cela. Nous avons à présent que la nature est gouvernée par des lois arrêtées. – Mais les gens ne le savaient-ils pas de tout temps? Demandai-je.

-Ça non! Répondit-il. Prends, par exemple, une histoire telle que la naissance virginale. Nous savons maintenant qu’une telle chose ne peut se produire. Nous savons qu’il doit y avoir un spermatozoïde.

-Mais regarde un peu, répliquai-je. Saint-Joseph.

-Qui est-il? Demanda mon ami.

-il est l’époux de la Vierge Marie. Si tu lisais l’histoire dans la Bible, tu trouverais que lorsqu’il vit que sa fiancée allait avoir un enfant, il décida d’annuler son mariage. Pourquoi a-t-il agi de la sorte?

-N’est-ce pas ce que feraient la plupart des hommes?

-N’importe quel homme le ferait, dis-je, à condition qu’il connaisse les lois de la nature – en d’autre mots, à condition qu’il sache qu’une femme ne peut avoir d’enfant sans avoir couché avec un homme. Mais d’après ta théorie, les gens des temps anciens ignoraient que la nature était régie par des lois fixes. Je souligne que cette histoire montre que saint Joseph connaissait cette loi aussi bien que nous.

-Mais il fut amené à croire en la naissance virginale par la suite, n’est-ce pas?

- Bien sûr. Mais par parce qu’il ne savait pas exactement d’où viennent les bébés lorsque les choses se passent naturellement. Il croyait à la naissance virginale comme à quelque chose de surnaturel. Il savait que la nature procède de façon arrêtée et régulière ; mais il croyait aussi qu’il existe quelque chose au-delà de la nature qui peut court-circuiter son fonctionnement – de l’extérieur, si l’on veut.

sujet de société; l’avortement

Classé dans : science,societe — 19 mars, 2013 @ 1:13

Je me lance aujourd’hui sur un point qui ne fait pas l’unanimité  dans la population et c’est l’avortement. Cette question que l’on défend avec ardeur que l’on soit pour ou contre. Les deux camps restent campés sur leur position en accusant l’autre d’avoir tort. et en réalité ça ne fais pas avancé le débat.  Par ce texte, je ne veux pas faire de propagande en accusant qui que ce soit. Je veux juste y aller avec la logique et généralement des faits observables. J’ai des raisons en tant que personne de dire que je suis contre l’avortement et c’est sur ces raisons que je m’appuie.

Tout d’abord tout commence par un choix et une décision. Celui de se protéger lors d’un rapport sexuel. Tout commence là, si un couple se protège adéquatement ou non. C’est là que sa viens me chercher la question d’avortement, c’est que les gens ne protègent pas assez. Je ne veux pas généraliser pour chaque personne dans le monde, mais c’est une constatation générale. Il y a des statistiques pour les pays, au Canada, entre 1970 et 1987 il y a eu un million d’avortements. Quand j’ai vu les statistiques, comme beaucoup de gens cela m’a touché. Et de là, il est né un raisonnement dans ma tête. Il peut être faux selon vous, c’est à vous de voir. Le point que je veux faire ressortir est qu’en tant que personne on a des responsabilités et chaque action entraîne des conséquences, c’est une suite logique « action-conséquence, cause-effet ». si je joue a un sport qui demande un casque pour me protéger, il normal que je porte le casque pour jouer, si je me blesse à la tête et que je ne portais pas mon casque, cela serait mon entière responsabilité. Je pourrais trouver des défaites en accusant les autres, mais cela ne servirait à rien. C’est la même chose pour les couples en général. Si vous prenez la décision de ne pas vous protéger, c’est votre choix. Le point qui me dérange le plus c’est qu’une fois que la grossesse est découverte et qu’elle n’est pas prévue, les gens pensent à l’avortement. Il n’est pas rare d’entendre une histoire ou la fille est tombée enceinte et que cela n’était pas prévu de voir le garçon partit au large pour fuir ses responsabilités. Je ne vise personne et ne veux pas juger personne ce sont des histoires que j’entends, que j’ai vu et qu’on voit dans les médias. Habituellement quand les choses dérapent ont prend la fuite et d’une manière générale, il y a une déresponsabilisation. Il y a un groupe de musique « Mes Aieux » dans une de leur chanson « dégénération » amène ceci : « Et pi toé ma p’tite  fille, tu changes de partenaires tout l’temps Quand tu fais des conn’ries, tu t’en sauves en avortant »… et après ça on on montre l’avortement comme étant une solution « miracle ». L’être humain a la capacité de penser et de réfléchir, le problème c’est qu’on ne le fait pas. Les solutions miracles n’existent pas. Un prix a été payé, il a tout le temps un prix à payer. Il a tout le temps quelqu’un qui va payer. C’est logique. et le constat que je peux en déduire dans cette situation précise c’est l’enfant qui va payer le prix et la mère avec les remords ou les problèmes médicale et/ou psychologique qui peut s’en suivre. Le réel problème n’est pas en haut de la pyramide à l’étape finale qu’est l’avortement, en réalité, il est à la base de la pyramide dans nos décisions.

De plus, certaines personnes vont dire que l’avortement n’est pas un meurtre vu que ce n’est pas considéré comme un être humain. Selon le multi dictionnaire de la langue française, le meurtre est défini comme étant : « Action de donner la mort de façon volontaire », on peut jouer avec les mots mais la définition reste la même. On s’accordera cependant sur le fait que c’est un être vivant et complexe. Si on s’indigne de la maltraitance des animaux dans les abattoirs, de la manière que les chasseurs de phoques tuent les phoques alors, il n’y a aucune raison de dire que l’avortement est un bon procédé. Si on s’indigne du traitement des animaux et de la manière qu’ils sont abattus, on peut-tu s’indigner de la manière qu’on traite l’être humain. Jusqu’à preuve du contraire, tout être humain est passé par l’étape d’être un foetus. Je n’ai jamais vu un adulte ou un enfant de 8 ans être en vie sans avoir été un foetus avant.

 

Je veux clarifier qu’à date, quand j’ai parlé d’avortement, je parle d’avortement qui a été fait en toute connaissance de cause parce que la grossesse n’était pas prévue. Je ne parle pas des cas où la vie de la mère ou de l’enfant est en danger ou en cas de viol. Il est important de ne pas mettre tout le monde dans le même panier. J’espère sincèrement que vous aurez compris l’idée et non pas une quelconque attaque

L’Heureux Naufrage

Classé dans : amour,Christianisme,integrite,societe,temoignage,verite — 11 décembre, 2012 @ 6:27

L’Heureux Naufrage, english subtitles.
As a reflection on the past, present and future of Quebec people in relation with their Christian heritage, L’Heureux Naufrage is a 52 minutes documentary that is currently being produced for television and the greater public. The main purpose of this project is to initiate a process of reconciliation between the Quebecois and the faith of their ancestors.

 

Réflexion sur la passé, le présent et l’avenir du peuple québécois en lien avec son héritage chrétien.

Être humain vs Évangile

Classé dans : assurance,Christianisme,corruption,Dieu,verite — 3 octobre, 2012 @ 8:22

voici quelque chose qu’un de mes amis a écrit et qui est bon de partager avec tous.. pour exposer la réalité bonne lecture à tous.

Pour ce faire, j’ai adopté les termes « L’ÊTRE HUMAIN » et « L’ÉVANGILE » (l’expression Évangile signifie littéralement « bonne nouvelle » et désigne le message prêché par Jésus lorsqu’Il était sur la terre). L’exercice de comparaison m’a été très bénéfique, car il m’a fait réaliser que, bien que j’ai saisi l’Évangile, il m’arrive encore de vouloir m’approcher de Dieu à ma manière, ou selon ce que j’estime être bon.

En espérant que cet exposé vous sera aussi profitable!

L’ÊTRE HUMAIN: Je suis assez fort par moi-même.
L’ÉVANGILE: Je dépend absolument de Dieu(Jean 15:5b)

L’ÊTRE HUMAINIl y a de l’espoir en l’homme.
L’ÉVANGILEIl n’y a d’espoir qu’en Dieu. (Jean 15:5b)

L’ÊTRE HUMAIN: Je crois que je suis une bonne personne ou que je peux le devenir.
L’ÉVANGILE: Je crois que, par moi-même, je suis entièrement corrompu et que même mes « bonnes œuvres » sont entachées d’orgueil. (Romains 3:10-12, Ésaïe 64:6)

L’ÊTRE HUMAIN: J’essaie d’atteindre les standards de Dieu par mes propres efforts afin d’être accepté par lui.
L’ÉVANGILE: Il m’est impossible d’atteindre les standards de Dieu, alors c’est Dieu qui est intervenupour me sauver. (Galates 3:10, Romains 5:8)

L’ÊTRE HUMAIN: J’obéis aux commandements de Dieu afin d’accéder au paradis. Ainsi je reçois toute la gloire.
L’ÉVANGILEJésus a obéi aux commandements de Dieu et Il a tout accompli pour que j’accède au paradis. Ainsi, Il reçoit toute la gloire. (Phillipiens 2:5-10, Apocalypse 5:12 ; 7:10)

L’ÊTRE HUMAIN: J’accomplis le plus d’œuvres possible, donc je suis accepté par Dieu.
L’ÉVANGILE: Je suis accepté par Dieu, donc je désire appliquer tous mes efforts à pratiquer les œuvres qu’Il a préparées pour moi. (1 Pierre 1:17-20, Romains 12:11, Éphésiens 2:10)

L’ÊTRE HUMAIN: Ma motivation provient de la crainte et de l’insécurité propres à ma nature.
L’ÉVANGILE: Ma motivation provient d’une joie reconnaissante découlant du changement que Dieu a produit en me donnant une nouvelle nature. (Psaumes 100:2, Romains 12:12, Hébreux 12:28, 2 Corinthiens 5:7)

L’ÊTRE HUMAINJ’essaie de racheter mes erreurs du passé en obéissant à des règles et en faisant de bonnes œuvres.
L’ÉVANGILEDieu m’a racheté de toutes mes erreurs (passées, présentes et futures), en ce que Son Fils, Jésus, a subit à ma place la punition que je méritais, en mourrant sur la croix. (Romains 6:23, Galates 2:16)

L’ÊTRE HUMAIN: J’obéis à Dieu, car j’aime les choses que j’espère ainsi Lui soutirer.
L’ÉVANGILE: J’obéis à Dieu et je me rapproche de Lui, car je l’aime et je veux Lui ressembler. (Jean 14:15, 1 Jean 4:19, 2 Corinthiens 3:18)

L’ÊTRE HUMAIN: Je valorise ma vie sur cette terre et j’essaie d’utiliser Dieu afin d’améliorer la qualité de celle-ci.
L’ÉVANGILE: Je renonce à ma vie sur terre et je la dédie à servir Dieu, simplement parce qu’Il est digne d’être servi. (Marc 8:34-36, Apocalypse 4:11)

L’ÊTRE HUMAINPar tous mes efforts et par mon obéissance, j’ai mérité la faveur et l’appréciation de Dieu.
L’ÉVANGILE: Malgré mes efforts, Dieu ne me doit aucune faveur. Son appréciation est une faveur purement imméritée ; c’est Sa grâce. (Romains 11:6, 1 Corinthiens 15:10a, Éphésiens 2:8)

L’ÊTRE HUMAIN: Quand je vis des difficultés ou que les circonstances sont opposées à ma volonté,j’éprouve un sentiment d’injustice. Il me semble que je ne mérite par ce qui m’arrive. Je peux même éprouver une frustration contre Dieu ou contre moi-même, car je crois (comme les amis de Job) que les bonnes personnes méritent de vivre une vie agréable.
L’ÉVANGILE: Quand je vis des difficultés, je souffre, mais je demeure reconnaissant, car j’ai confiance que, ultimement, Dieu fait concourir toutes choses à mon bien. La main de mon bon Père ne permettra jamais que son enfant verse ne serait-ce qu’une larme inutile. De plus, la seule chose que je mérite véritablement est l’enfer. Mes épreuves ne seront par conséquent jamais pires que ce que je mérite réellement. (Romains 8:28, 1 Pierre 4:12-13, Romains 3:23, Apocalypse 20:15)

L’ÊTRE HUMAIN: Quand je suis critiqué, je suis irrité, voire dévasté, car il m’est important d’être vu comme une « bonne personne ». Ainsi, je m’oppose à tout ce qui menace cette image.
L’ÉVANGILE: Quand je suis critiqué, je peux l’encaisser. C’est désagréable, mais je sais que je n’ai jamais été une bonne personne et que, par moi-même, je ne le serai jamais. Mon identité n’est pas construite par mon passé ou par mes performances, mais repose uniquement sur l’amour de Dieu pour moi, qui a été manifesté en Christ. (Romains 7:14 ; 7:18, Colossiens 3:3)

L’ÊTRE HUMAIN: Mes prières sont généralement centrées autour de moi. Elles sont presque exclusivement composées de demandes, particulièrement lorsque je suis en difficulté.
L’ÉVANGILE: Mes prières sont principalement centrées sur Dieu et mon désir d’entretenir une relation avec Lui. Elles sont autant composées de demandes que de louanges. (Philippiens 4:6)

L’ÊTRE HUMAIN : Quand je désobéis, je n’ose pas m’approcher de Dieu, car je me sens immonde. Je reste à l’écart pour un certain temps afin de Lui montrer que je suis vraiment désolé.
L’ÉVANGILE : Quand je désobéis, je me repents, puis je cours avec assurance dans les bras ouverts de Dieu. Je sais que je ne l’approche pas sur la base de mes actions, mais sur la base du sang de Jésusqui a lavé toutes mes fautes. (Colossiens 1:21-22 ; 2:13b, Galates 2 :16, Hébreux 4:14-16)

L’ÊTRE HUMAIN: L’image que j’ai de moi-même oscille entre deux pôles: Lorsque j’atteints mes standards, je me sens confiant et je suis ainsi enclin à devenir orgueilleux et insensible aux gens qui y échouent. Cependant, lorsque je manque moi-même à les atteindre, je me sens inquiet, inadéquat et sans confiance. Je me vois comme un incapable.
L’ÉVANGILE: L’image que j’ai de moi-même n’est pas basée sur mes accomplissements personnels. Christ a subi la colère de Dieu que je méritais par mes fautes. Ainsi, je demeure un pécheur, mais un pécheur qui a acquis la faveur de Dieu, par Jésus. Je suis naturellement si mauvais que le seul échappatoire à ma condamnation éternelle était Sa mort substitutive à la croix; et je suis tellement aimé qu’Il est volontairement mort pour que je vive. Cette vérité me guide à la fois vers une humilité toujours plus profonde et une confiance qui ne saurait être ébranlée, car elle est ancrée dans l’amour immuable de Dieu, et non dans mes actions ou mes émotions, qui fluctuent constamment. (1 Corinthiens 15:10a, 2 Corinthiens 5:19, 1 Jean 4:9-10, Hébreux 6:17-20)

L’ÊTRE HUMAIN: Mon identité et ma valeur personnelle sont basées principalement sur mes efforts à travailler honnêtement et à être une personne morale. Ainsi, je méprise ceux que je perçois comme étant lâches ou immoraux. Je me sens supérieur à mon voisin et je le dédaigne.
L’ÉVANGILE: Mon identité et ma valeur personnelle sont solidement fondées sur Celui qui est mort pour ses ennemis (à savoir la race humaine, incluant ma propre personne), qui a été rejeté et cloué sur une croix pour me donner la vie. Je suis sauvé par pure grâce; c’est un cadeau que je ne mérite pas. Ainsi, je ne puis mépriser qui que ce soit, car c’est uniquement par la grâce qui m’a été accordée que je suis tel que je suis. (Colossiens 3:3, Éphésiens 2:8-9)

L’ÊTRE HUMAIN: Puisque mon passé et mes performances constituent un barème servant à estimer à quel point je suis acceptable au niveau spirituel, mon cœur fabrique constamment des idoles. Mes talents, mes accomplissements moraux, ma discipline personnelle, mon statut social et d’autres éléments font figure d’idoles dans ma vie. Ils me sont indispensables, car ils forment mon espoir, mon but, ma joie, ma sécurité et le sens de ma vie. Ces idoles sont bel et bien présentes dans ma vie, même si j’affirme le contraire.
L’ÉVANGILE: Dieu peut m’avoir accordé beaucoup de bénédictions dans ma vie: ma famille, mon travail, mes disciplines spirituelles, etc. Toutefois, ces choses ne sont pas le but de ma vie. Elles ne lui sont pas essentielles. Il y a donc une limite aux sentiments d’anxiété, de remords et de découragement que je peux éprouver en perdant ces choses, ou en les voyant menacées. Jésus est le seul dont j’ai réellement besoin; tout ce dont j’ai besoin se trouve en Lui. (1 Thessaloniciens 1:9, Matthieu 6:25-34)

Dieu est-il injuste ?

Image de prévisualisation YouTube

 

Petite discussion entre Albert Einstein et son professeur, bien sur l’année n’est pas nécessairement exacte, mais la réflexion est bonne. Alors bonne réflexion !

Dans les coulisses du mensonge

 

Un grand combat que les gens de notre société ont entrepris est l’égalité des sexes. La femme doit être sur le même pied d’égalité que l’homme. Elle doit gagner le même salaire que l’homme pour la même tâche effectuée. C’est vrai pour être juste, on doit donner le même salaire tant à l’un qu’à l’autre. Peut importe s’il s’agit d’une femme ou d’un homme. Mais l’égalité des sexes va au delà du salaire et du travail, cette égalité va jusqu’au respect. Ce combat a été pris en main principalement par des groupes de femmes qui ne peuvent pus accepter qu’on utilise le corps de la femme comme on le veut pour en faire ce que l’on veut. Elles veulent nous faire comprendre qu’elles ne sont pas des objets mais des êtres vivants.

Des groupes se sont levés contre la religion sur la manière qu’elle voit la femme. D’autre groupe se sont levés contre la société. Un dernier groupe c’est levés contre les deux derniers groupes pour promouvoir ces idées qui pèsent lourd dans notre société actuelle. Ce groupe qui c’est lever pour promouvoir la femme et l’homme comme un objet de consommation dans notre société nous miroite qui n’y a rien d’alarmant et de honteux à tout ça. Mais la réalité est bien loin d’être ce qu’ils disent. Au delà du simple égalité des sexes au niveau professionnel, au delà de la simple dignité humaine. Ce texte pourra en choquer plus d’un ou en offusquer mais la réalité ne sera pas diluer. D’après les paroles du sociologue Hervé Kempf dans son livre Pour sauver la planète, sortez du capitalisme, voici ce que des gens veulent qu’on ignore.

Des gens tel que le professeur David A.J Richard de la faculté de droit de l’Université de New-York, qui prône la liberté pour la pornographie dite dure, soutient que « la pornographie peut être vue comme l’unique véhicule de la sexualité, une pornotopie – une vision du plaisir sensuel pour l’exaltation érotique du corps, un concept de liberté facile et sans conséquence, un fantasme de satisfaction éternelle et à répétition». Ce sont ce genre d’argument qu’on va avancé en faveur de l’hypersexualisation. Mais est-ce vraiment sans conséquence? C’est ce qu’on voudrait nous faire croire. Les conséquences ne sont pas tant au niveau matériel et physique mais elles sont moralement. Au niveau moral les conséquences sont beaucoup plus grande.

Tout doit êtres sexualiser, l’argent et le plaisir doit être élever au dessus de la la dignité humaine. Là triste réalité c’est qu’on essai de nous endormir la conscience. C’est l’arme de prédilection de ceux qui prônent l’industrie de film pour adulte. Endormir la conscience social et moral des gens. L’écrivaine Isabelle Sorente nous le démontre bien dans cette déclaration : «aussi dérangeant que cela puisse être, derrière chaque vagin, chaque bouche;a pipe, chaque anus, derrière chaque trou rempli de foutre, de doigts, de poings, de centaine de bites d’affilée se cache un être humain. (…) Certes, ne pas penser qu’un être humain, doté du même corps fragile que votre sœur ou votre mère, soit pénétré à la chaîne, saigne, s’effondre, soit marqué à vie, permet de mieux apprécier le spectacle pornographie, d’en jouir plus tranquillement. Mais ce n’est pas la réalité». Qu’est ce que les gens qui regardent toutes ces choses là dirais si y verrais leur propre mère, leur propre femme ou leur propre fille à la place de l’actrice dans ces films là ou sur des photos toutes nues? Qu’elle serait leur réaction? Un père ne voudrais jamais voir sa fille ou son fils dans un de ces films, encore moins une mère mais la fille ou le fils d’un autre c’est passable. Avez vous penser juste à ça trente secondes? Qu’est ce que dirais un fils s’il verrait sa mère dans un de ces vidéos pour adulte, que dirais le mari ou le fiancé s’il verrait sa femme ou sa futur femme dans un de ces vidéos pour adulte et c’est exactement pareil pour l’inverse. Mais ce qu’on veut pas trop faire penser c’est que chacun des acteurs et chacune des actrices sont des être humains. Donc, ils ont le droit a une dignité. Ils ont tous des parents, des amis qui ne sont pas nécessairement en accord avec tout ça. Mais ça, il paraît que ce n’est pas grave. Parce que dans notre culture individualiste, votre propre bonheur passe bien avant la dignité de ces personnes. Mais pensez s’y. Quel est ma priorité, ma propre satisfaction personnel ou la dignité et le respect des autres?

Généralement, ces vidéos sont consultés dans le secret. Alors si c’est sans conséquence pourquoi ne pas faire ça ouvertement. Il n’y aurait aucune honte à ce que nos femmes, nos blondes, nos maris, nos chums nous prennent sur le faits d’écouter ce genre de vidéos, de magasines pour adulte. Au contraire c’est fait dans le secret. Pourquoi? C’est simple, parce que sa dirais explicitement au conjoint, qui généralement ignore que l’autre écoute ce genre de vidéo et regarde ces magasine pour adulte, qu’il ou elle ne peut pas le satisfaire complètement et qu’il faut une autre femme ou un autre homme pour le satisfaire.

Maintenant les répercussions face à ça sont énormes. Tout ça va au delà de la dignité humaine, sa en va de votre propre intégrité face à votre femme, votre homme, votre chum, votre blonde. Des couples se sont séparés parce que la femme ou l’homme découvrait ce que l’autre faisait en cachette sur internet.

Dans notre cher système est décadent. Maintenant que le capitaliste a transformer tout en marchandise, on a volontairement pris l’être humain pour une marchandise. Comme à Athènes lors des Jeux Olympiques ou à Berlin pour la coupe du monde de soccer. On a importer de la marchandise humaine (prostituée) pour satisfaire des gens. On s’indigne devant les famines en Afrique, les attentats, les tueries mais pas contre le trafic d’être humain. Notre société nous a inculqués combien c’est grave si tu n’est pas heureux. Mais à quel prix faut t-il acquérir ce bonheur? Monsieur Kempf ajoute ceci de très pertinent et intéressant : « S’intéresser à la pornographie, c’est comme tremper son âme dans un bassin d’eau souillée. Mais la culture du XXIe siècle baigne dans cette eau, que renouvelle incessamment et sans états d’âme une industrie de déshumanisation psychique tout sauf marginale.»

Maintenant qu’on a eu le point de vue non-chrétien, voici le point de vue selon la Bible. Tout cela a été prédit depuis longtemps. Voici ce que dit Paul dans sa Lettre aux Romains au chapitre 1 verset 25 à 26 : « Oui, ils ont délibérément échangé la vérité concernant Dieu contre le mensonge, ils ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur, lui qui est loué éternellement. Voilà pourquoi Dieu les a abandonnés à des passions avilissantes : leurs femmes ont renoncé aux relations sexuelles naturelles pour se livrer à des pratiques contre nature». Plus loin au verset 32, il est dit : «ils connaissent très bien la sentence de Dieu qui déclare passibles de mort ceux qui agissent ainsi. Malgré cela, non seulement ils commettent de telles actions, mais encore ils approuvent ceux qui le font». Contrairement au mythe populaire que la sexualité et Dieu ne fonctionne pas ensemble, que Dieu déteste ça, est non fondé. Parce que c’est lui qui a fais de nous des êtres sexués. Mais il a mis un cadre à la sexualité de l’homme. Il nous a créer comme ça et c’était son but dès le commencement. La seule chose c’est que l’homme a trouver que la sexualité dans le cadre du mariage est vieux jeu et dépasser. Mais est-ce vraiment le cas? Je pense que juste avec ce que M. Kempf a dit, laisse grandement a réfléchir, mais penser aussi a ce dernier paragraphe.

Pensé sur Jésus

Classé dans : Christianisme,Dieu,Jean-Jacques Rousseau,Jesus,logique,philosphie,temoignage,verite — 14 juillet, 2012 @ 4:08

« Il n’y a aucune comparaison entre Christ et toute autre figure humaine ou divine. Pourrions-nous supposer le contraire, l’histoire de Socrate, que personne ne présume fictive est infiniment moins attestée et vérifiée que celle de Jésus-Christ. »                                                    

                                                                                                                                                                                                                           -Jean-Jacques Rousseau-

« Jésus, de retour sur terre, s’étonnerait qu’on le commente tant et qu’on essaie si peu de l’imiter. »

 -Jacques de Bourbon Busset-

« Jésus se fait entendre à l’âme qui sommeille, Et l’appelle à la vie, où son jour nous conduit. »

 -Jean Racine-

« La plus grande des preuves de Jésus-Christ sont les prophéties. C’est aussi à quoi Dieu a le plus pourvu ; car l’événement qui les a remplies est un miracle subsistant depuis la naissance de l’église jusqu’à la fin. »

 -Blaise Pascal-

« Jésus-Christ est un Dieu dont on s’approche sans orgueil et sous lequel on s’abaisse sans désespoir. »

 -Blaise Pascal-

1234
 

L'UNIVERS DE SADIK TITO |
P.innocent adanlete,svd |
Euletherios |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jeunes Cathos de l'Avallonnais
| Jésus est la vie
| Cloud